Les frelons peuvent-ils inspirer le développement de nouvelles imprimantes 3D ? | circubuild.be

Les frelons peuvent-ils inspirer le développement de nouvelles imprimantes 3D ?

  •   18 nov. 2020
  • Wouter Polspoel

On mène actuellement de nombreuses expériences de construction dans lesquelles des éléments et même des structures entières sont imprimés en 3D, la plupart du temps en béton. La nature a elle aussi ses propres alternatives. Le frelon européen, par exemple, peut-il nous donner des idées pour rendre l'impression 3D plus circulaire ?

 

Pour certains, et ils n'ont pas totalement tort, l'impression 3D n'a pas grand-chose à voir avec la construction circulaire. Le fait est que cette nouvelle technique génère une minimisation des matériaux et que le matériau le plus circulaire reste toujours le matériau qui n'a pas besoin d'être extrait.

La raison du scepticisme des experts en construction circulaire réside probablement dans le fait que, très souvent, c'est le béton qui est utilisé comme matériau d'impression, et que le béton peut difficilement être qualifié de circulaire.

Ne pourrait-on cependant pas utiliser le biomimétisme dans le développement de matériau d'impression 3D pour les éléments de construction afin que ce matériau devienne écologique ou même bio et que l'impression 3D soit dès lors vue comme une technique de construction circulaire ?

On pourrait par exemple s'inspirer du frelon européen, qui réalise son nid de manière ingénieuse, qui fait penser à l'impression 3D.

À l'extérieur, le nid sphérique ressemble à un conglomérat de rangées de plateaux superposés en forme de coquille. Sa texture est clairement composée d'une matière pulvérisée en couches successives. Le matériau d'impression 3D du frelon est un mélange de sa propre salive et de la cellulose qu'il grignote des arbres. Contrairement à ce qui se passe chez les abeilles, il n'y a pas de miel dans le nid du frelon. Le nid alvéolé est délicat et ne pèse presque rien. Pour l'obtenir, on a donc un matériau biosourcé, de courtes distances de transport et aucun flux de déchets. Le principe pourrait-il être davantage circulaire?

Structure en nid d'abeille

Le nid se compose de plusieurs rangées de plateaux d'alvéoles qui lui confèrent de la solidité. C'est ce type de structure en nid d'abeille qui a souvent été l'inspiration pour le développement d'éléments de construction ou même d'ouvrages complets.

Pour ne citer qu'un exemple, la Huyse Fliedermael, conçue en 2006 par Juul Vanleysen (sous le nom de Holistic Architectura 50|5) a une structure de toit qui fait penser à une structure en nid d'abeille. Même sans avoir été réalisée avec un matériau biosourcé, cette structure est déjà en elle-même un exemple de construction circulaire. Elle est basée sur une méthode de construction datant du XVIe siècle, imaginée en raison d'une pénurie de grandes poutres en bois pour fabriquer des fermes de toit classiques. Avec des planches de plus petites dimensions, le maître d'ouvrage Philibert de l'Orme a pu réaliser de grandes portées grâce à la structure spécifique qu'il a conçue. Une combinaison de cette ancienne méthode de construction et du matériau d'impression du frelon européen peut-elle conduire à une forme d'impression 3D plus circulaire? L'avenir nous le dira.

Fiches d'entreprise liées


Actualités - Vue d'ensemble