Vandersanden crée des briques à base de déchets d'acier | circubuild.be

Vandersanden crée des briques à base de déchets d'acier

  •   01 août 2020
  • Wouter Polspoel

Le 1er août dernier, le journal De Tijd évoquait le projet-pilote de la société Vandersanden : produire des briques à base de déchets de carbinox, un produit de recyclage issu de l'industrie de l'acier. Le plus étonnant est que ces briques sont CO2-négatives, ce qui signifie qu'elles absorbent du CO2 pendant leur production.

La demande de briques de parement dans notre pays a diminué de 35% au cours des dix dernières années. En cause : la diminution du nombre de maisons construites, au profit des immeubles à appartements. Néanmoins, la société Vandersanden continue de croître. Le fabricant de briques le doit en partie à un ambitieux plan à long terme axé sur la durabilité, qui a démarré en 2011. Chez Vandersanden, on est convaincu que la durabilité de la production fera la différence dans les années à venir, parce qu'à l'heure actuelle, les briqueteries classiques sont de gros pollueurs. Bien que Vandersanden ait pris la bonne direction, l'entreprise émet encore 60 000 tonnes de CO2 par an en Belgique et 90 000 tonnes aux Pays-Bas.

Usine pilote

Le plan devrait conduire à une production neutre en CO2 en 2050, grâce à diverses actions et évolutions. L'une des innovations les plus marquantes sur lesquelles travaille Vandersanden est le Carbstone, une brique en carbinox, un produit de recyclage issu de l'industrie de l'acier. C'est la société Orbix qui fournira le carbinox. Le CO2 n'est pas seulement économisé en partant d'un matériau déjà utilisé : les briques elles-mêmes seront également négatives en CO2, ce qui signifie qu'elles absorbent du CO2 pendant la production. La boue de carbinox est en effet séchée et pressée puis durcie par absorption de CO2.

Pour ce projet-pilote, une usine d'une capacité de 10 000 tonnes sera construite à côté de celle de fabrication de briques à Lanklaar. Une fois que le processus de production sera totalement au point, Vandersanden souhaite se développer. L'entreprise a sollicité un soutien européen pour construire une usine Carbstone d'une capacité de 200 000 tonnes, qui captera 30 000 tonnes de CO2 par an. 

Plaquettes de parement de 12 mm

Mais Vandersanden fait beaucoup plus dans la direction de la durabilité. Il y a trois ans, à Maasmechelen, la société a ouvert la seule usine-pilote en Europe pour la production de plaquettes de parement de 16 mm. La quantité de matières premières nécessaire est 80% inférieure à la quantité requise pour les briques de parement traditionnelles. La consommation d'énergie de l'usine-pilote est également 50% moindre à celle d'une usine de fabrication de briques traditionnelles. De plus, les émissions liées au transport sont considérablement réduites, car les plaquettes sont beaucoup plus légères que les briques traditionnelles. En 2022, Vandersanden veut commencer à construire une nouvelle usine pour des plaquettes de parement encore plus minces, de 12 mm.

Articles liés


Actualités - Vue d'ensemble